Est-ce que la viande rouge est l'ennemi de votre santé? (Partie 2)

Même si j’ai déjà écrit sur ce sujet, j’ai cru bon de faire un deuxième article afin de permettre aux gens de mieux comprendre l’enjeu et le pourquoi la viande rouge à si mauvaise presse. Comme vous avez vu dans mon premier article, le choix de la viande et sa cuisson sont deux facteurs d’une importance primordiale afin de déterminer le réel impact que cette viande a sur votre santé. Ces facteurs étant maintenant dits,  allons creuser un peu plus sur le pourquoi et vous verrez que l’information que vous recevez est souvent choisie pour vous faire peur.

Il y a quelques années, plusieurs études, chez l’homme et l’animal, ont exposé un lien entre la consommation de viandes rouges et les maladies cardiovasculaires 1,2,3,4. Toutes ces études, même si certaines apportaient une nuance, établissaient le lien que trop manger de viande rouge augmente les risques de développer certaines maladies. Malheureusement, les auteurs ont mis l’emphase sur la viande que les gens consommaient et non leur alimentation en générale. Nous ne pouvons pas les blâmer, car ils cherchaient à établir un lien, mais  il est de notre devoir de ne pas sauter aux conclusions dû à cette découverte. Bien entendu, ils ont raison d’une certaine façon car, chez une majorité de la population, une trop grande consommation de viande rouge augmenterait les risques de maladies cardiovasculaires. Cependant, il faut mettre un peu d’eau dans notre vin , car la viande rouge n’est pas le problème, mais bien un élément provocateur dans un mauvais environnement. Le problème n’est pas la viande que vous mangez, mais bien la santé de votre flore intestinale et la mauvaise diversité de votre alimentation qui est la cause de ces risques accrus5,6,7.

Le composé qui était, selon la science, responsable de cette hausse est la L-carnitine. Cette dernière est très présente dans la viande rouge et sa consommation augmente le taux de TMAO (trimethylamine-N-oxide) qui jusqu’à très récemment était considéré comme ayant une corrélation directe avec les risques d’athérosclérose. Cependant, depuis 2015, les recherches sur ce fameux composé organique semblent montrer une relation, mais elles ne sont plus aussi directes et même que, dans certains cas, le niveau de trimethylamine-N-oxide, ne serait pas autant affecté par la nourriture que l’on mange et serait considéré comme un marqueur que l’on accuse par corrélation.8,9,10,11. Nous savons maintenant que c’est les bactéries intestinales 12,13,14 qui jouent le plus grand rôle dans cette histoire et par la même fait, le mode de vie et l'alimentation. Ces deux facteurs dicteront la réaction d’une personne et sa production de TMAO. La consommation de fruits, légumes, noix et autres aliments sains, aura tendance à garder normale la concentration de TMAO en modulant directement la population bactérienne de votre microbiote intestinale. L’abondance de Firmicutes, une classe de bactéries intestinales présentent en surabondance chez les personnes se nourrissant à la mode Nord-Américaine, soit faible en fibres, haute en sucre, haute en lipide saturé et contenant une bonne quantité d’aliments transformés, est responsable de la hausse de production de TMAO. Normalement, il serait idéal de mieux balancer les Firmicutes avec une autre classe de bactéries appelée Bacteroidetes. Ce débalancement est très présent chez les personnes obèses qui ont plus de Firmicutes et moins de Bacteroidetes que les gens en bonne santé 15. Donc, mangez votre viande rouge et vos œufs, mais accompagnez-les d’une bonne quantité de fibres et de végétaux diversifiés et vous aurez une flore intestinal en santé 16.

Mathieu Bouchard N.D

1.Koeth RA, Wang Z, Levison BS, et al. Intestinal microbiota metabolism of L-carnitine, a nutrient in red meat, promotes atherosclerosis. Nature medicine. 2013;19(5):576-585. doi:10.1038/nm.3145.

2.Wang, X., Lin, X., Ouyang, Y.Y., Liu, J., Zhao, G., Pan, A. and Hu, F.B. (2016) ‘Red and processed meat consumption and mortality: dose–response meta-analysis of prospective cohort studies’, Public Health Nutrition, 19(5), pp. 893–905. doi: 10.1017/S1368980015002062.

3. Larsson SC, Orsini N. Red meat and processed meat

consumption and all-cause mortality: a meta-analysis.

Am J Epidemiol. 2014 Feb 1;179(3):282-9.

doi:10.1093/aje/kwt261. Review. PubMed PMID: 24148709.

4. Pan A, Sun Q, Bernstein AM, Schulze MB, Manson JE, Stampfer MJ,

 Willett WC, Hu FB. Red Meat Consumption and MortalityResults

From 2 Prospective Cohort Studies. Arch Intern Med. 2012;172(7)

:555-563. doi:10.1001/archinternmed.2011.2287

5. Koeth RA, Wang Z, Levison BS, et al. Intestinal microbiota metabolism of L-carnitine, a nutrient in red meat, promotes atherosclerosis. Nature medicine. 2013;19(5):576-585. doi:10.1038/nm.3145.

6. Clara E. Cho, Siraphat Taesuwan, Olga V. Malysheva,

Erica Bender, Nathan F. Tulchinsky, Jian Yan, Jessica L. Sutter,

Marie A. Caudill. Trimethylamine-N-oxide (TMAO) response to animal

 source foods varies among healthy young men and is influenced by

their gut microbiota composition: A randomized controlled trial.

Molecular Nutrition & Food Research, 2016;

 DOI: 10.1002/mnfr.201600324

7. Tang WH, Wang Z, Levison BS, Koeth RA, Britt EB, Fu X, Wu Y,

 Hazen SL.Intestinal microbial metabolism of phosphatidylcholine

and cardiovascular risk. N Engl J Med.

2013 Apr 25;368(17):1575-84. doi: 10.1056/NEJMoa1109400.

PubMed PMID: 23614584; PubMed Central PMCID: PMC3701945.

8. Cho CE, Caudill MA. Trimethylamine-N-Oxide: Friend, Foe, or

Simply Caught in the Cross-Fire? Trends Endocrinol Metab. 2016

Nov 4. pii: S1043-2760(16)30144-8.

doi: 10.1016/j.tem.2016.10.005.

[Epub ahead of print] Review. PubMed PMID:27825547.

9.Fukami K, Yamagishi S, Sakai K, Kaida Y, Yokoro M, Ueda S, Wada Y, Takeuchi M,Shimizu M, Yamazaki H, Okuda S. Oral L-carnitine supplementation increases trimethylamine-N-oxide but reduces markers of vascular injury in hemodialysis patients. J Cardiovasc Pharmacol. 2015 Mar;65(3):289-95. doi:10.1097/FJC.0000000000000197. PubMed PMID: 25636076.

10. Velasquez MT, Ramezani A, Manal A, Raj DS. Trimethylamine

N-Oxide: The Good,the Bad and the Unknown. Toxins (Basel).

2016 Nov 8;8(11). pii: E326. Review.PubMed PMID: 27834801;

PubMed Central PMCID: PMC5127123.

11. Rohrmann S, Linseisen J, Allenspach M, von Eckardstein

A, Müller D. Plasma Concentrations of Trimethylamine-N-oxide

Are Directly Associated with Dairy Food  Consumption and

Low-Grade Inflammation in a German Adult Population.

J Nutr. 2016 Feb;146(2):283-9. doi: 10.3945/jn.115.220103.

PubMed PMID: 26674761.

12. Romano KA, Vivas EI, Amador-Noguez D, Rey FE. Intestinal Microbiota Composition Modulates Choline Bioavailability from Diet and Accumulation of the Proatherogenic Metabolite Trimethylamine-N-Oxide. mBio. 2015;6(2):e02481-14. doi:10.1128/mBio.02481-14.

13. Fennema D, Phillips IR, Shephard EA. Trimethylamine and

Trimethylamine

N-Oxide, a Flavin-Containing Monooxygenase 3 (FMO3)-Mediated

Host-Microbiome Metabolic Axis Implicated in Health and Disease.

Drug Metabolism and Disposition. 2016;44(11):1839-1850.

doi:10.1124/dmd.116.070615.

14. Cho CE, Taesuwan S, Malysheva OV, Bender E, Tulchinsky NF,
Yan J, Sutter JL, Caudill MA. Trimethylamine-N-oxide (TMAO)
response to animal source foods varies among healthy young men
and is influenced by their gut microbiota composition:
A randomized controlled trial. Mol Nutr Food Res. 2016 Jul 5.
doi:10.1002/mnfr.201600324. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 27377678.

15. Chakraborti CK. New-found link between microbiota and obesity. World Journal of Gastrointestinal Pathophysiology. 2015;6(4):110-119. doi:10.4291/wjgp.v6.i4.110.

16. Graf D, Di Cagno R, Fåk F, et al. Contribution of diet to the composition of the human gut microbiota. Microbial Ecology in Health and Disease. 2015;26:10.3402/mehd.v26.26164. doi:10.3402/mehd.v26.26164.