La dépression post-partum

Selon moi, il y plusieurs sujets nébuleux en santé et le cas de la dépression post-partum fait parti de ces cas. Au Canada, il est estimé qu'environ 13% des femmes sont affectées par une dépression post-partum, mineure ou majeure, dans l'année suivant leur accouchement.Depuis plusieurs années, je remarque que ce type de problèmes est assez répandu, mais aussi assez mal compris. Voyons un peu ce qui ce passe chez une femme enceinte qui peut provoquer un tel changement.

Durant la grossesse, le profil hormonal de la femme change drastiquement. Le niveau de progestérone ainsi que le niveau d'estriol, une forme d'estrogène,  augmente drastiquement, notamment à cause au placenta. Durant cette même période,  le corps humain modifiera sa réponse immunitaire. Il va favoriser l'immunité humorale(Th2) afin de protéger son fœtus et éviter le rejet. C'est ce changement immunitaire qui est à l'origine de l'amélioration de certaines conditions comme l'arthrite rhumatoïde, la sclérose en plaque (MS) et la thyroïdite d'Hashimoto qui sont des conditions immunitaires normalement alimentées par la branche immunitaire du système immunitaire (Th1).

Bien entendu, le changement hormonal amène aussi son lot de changements ailleurs dans le corps. Ça inclut également le  cerveau et les neurotransmetteurs. La sérotonine et le GABA, deux neurotransmetteurs principalement calmant, sont normalement très élevés durant la grossesse. C'est principalement dû au changement hormonal, car les hormones ont une énorme influence sur la production de neurotransmetteurset la réception de ces derniers au niveau des cellules.

Ces niveaux hormonaux et, par le même fait le système immunitaire, subissent des changements assez rapide après l'accouchement. Il y aura une forte baisse de progestérone et d'estriol ainsi qu'un re-balancement de l'immunité. De ce fait, il arrive bien souvent que la branche cellulaire de l'immunité(Th1) rebondira un peu plus fort que prévu. Et c’est ce rebond qui est malheureusement relié à l'exacerbation de plusieurs conditions auto-immunitaires comme les thyroïdites qui touchent bon nombre de femmes postpartum. Il est important de noter que certaines statistiques démontrent que jusqu'a 23% des femmes auront des problèmes thyroïdiens post-partum.

Donc nous sommes en présence d’une condition pro-inflammatoire spécifique à l'augmentation de l'immunité. Celle-ci viendra affecter le métabolisme du tryptophane pour produire plus de métabolites excitotoxiques. De plus, nous avons aussi une baisse hormonale qui réduit la disponibilité des neurotransmetteurs dans le cerveau de la femme. Ce ne sont là que deux des facteurs parmi tant d'autres qui peuvent causer des perturbations chez les femmes post-partum.

Fort heureusement, si l'on observe les différents facteurs pouvant influencer le développement de la dépression post-partum, il est certain qu'on peut en découvrir plusieurs qui sont facilement modifiables. Une meilleure hygiène de vie, une masse adipeuse moins élevée et une alimentation plus équilibrée, avec moins d'aliments transformés sont parmi les meilleurs moyens de prévention. Bien entendu, il y a aussi certains facteurs de risques comme la génétique, le statut social et l'historique médicalqui ne sont que peu, voire pas du tout modifiables. Il y a plusieurs petits trucs qui peuvent vous aider à minimiser les effets de tous ces changements et en voici quelques uns :

- Augmenter votre consommation d'omega-3

-Pensez à prendre un bon supplément de magnésium

-Utilisez une multivitamine de qualité durant la grossesse et après

-Dormez dès que vous le pouvez, même pour les siestes.

-L'acupuncture et la luminothérapie pourraient aussi vous aidez.

Au niveau médical, Il existe également un médicament nommé le Brexanolone qui est essentiellement un dérivé métabolique de la pregnénolone. C’est un neurostéroide très puissant, normalement fabriqué par l'être humain, mais dont la production est altéré chez les personnes atteintes de dépression postpartum. Il reste qu'au Canada, votre meilleure chance est de prendre soin de vous avant, pendant et après votre grossesse. Une saine alimentation, un meilleur mode de vie et un peu d'exercice.