Bien s'écouter 101

Dans cet article, vous retrouverez quelques trucs et astuces afin de vous aider à améliorer votre gestion de stress et apprendre à savoir (quand et pourquoi) vous arrêter lorsque votre corps vous crie STOP!

À l’entraînement

Tout d’abord, il est important de savoir que lorsque vous vous sentez fatigué et n’arrivez plus à récupérer de vos heures de sommeil, lorsque vous arrivez de peine et de misère à vous remettre de votre journée au travail, que vos jambes semblent plus lourdes que jamais et que vous donneriez tout pour avoir une semaine dans laquelle vous ne feriez que dormir : il est temps de prendre du temps pour vous.

Apprenez à écouter votre corps et arrêtez-vous dès que vous ressentez les premiers symptômes. Si vous vivez une période difficile ou que vous êtes rendu à un stade commementionné ci-haut, prenez une semaine de congé d’entraînement afin de vous permettre de retrouver de l’énergie et récupérer pleinement. Votre corps vous en remerciera, je vous en fais la promesse.

Par la suite, pour certains, il sera difficile, voire pratiquement impossible de prolonger l’arrêt de l’entraînement pour plus de 7 jours. Je vous suggère donc de travailler en fonction de vous et de vous écouter le plus possible. Je pourrais vous dire de faire un entraînement qui donnerait un temps de repos à votre système nerveux. De petites répétitions légères, juste pour vous donner un « feeling » agréable de pompe musculaire et ce serait un bon outil pour vous aider. Par contre, pour l’avoir pratiqué moi-même et l’avoir fait appliquer auprès de ma clientèle, le plus pertinent serait d’apprendre à vous écouter. Faites un exercice à la fois (pas de superset ou triset lors de la reprise d’entraînement), de bonnes pauses, pour une durée maximale de 45 minutes. Pour le reste, faites ce dont vous avez envie. Votre corps et votre tête ont probablement envie de se faire plaisir et c’est ce qui vous fera le plus de bien physiquement et psychologiquement.

 

En alimentation

Si vous êtes sur une structure alimentaire sans objectif précis (aucune date butoir), prenez la semaine pour manger des aliments sains, mais seulement ceux dont vous avez envie. Donnez-vous la permission de lâcher prise sur les grammes ou les macronutriments que vous devez manger. Souvent, une structure alimentaire est un stresseur de plus pour votre corps, un stress que vous pouvez éviter à ce moment. Souvent, le fait de laisser-aller la structure alimentaire pour un moment donne des résultats plus que surprenants et positifs!

Si vous n’avez pas de structure, je vous suggère seulement de manger de bons aliments sains. Les aliments ayant des réponses inflammatoires (tout comme les produits laitiers et le gluten) le sont aussi pour votre corps et votre cerveau. Il s’agit donc, encore une fois, d’un stresseur à mettre de côté à ce moment.

En supplémentation

Je vous suggère de vous allier d’outils afin de vous aider à contrôler votre stress : les Oméga-3 ainsi qu’une bonne source de magnésium que vous pourriez prendre en soirée ou encore moduler selon l’avis d’un professionnel de la santé. D’autres bons ajouts seraient le 5-HTP et de la glycine.

La prise de 50 à 100 mg de 5-HTP entre les repas, 2 à 3 fois par jour, et un 5 g de glycine avant de vous coucher, pourrait vous aider à vous détendre. Finalement, si vous êtes suivi ou avez besoin d’un soutien supplémentaire, plusieurs alternatives existent.

Assurez-vous de toujours consulter un professionnel de la santé.

Vos habitudes de vies

Prenez du temps pour vous! Je suggère à ceux qui ne l’ont jamais fait de commencer par prendre un minimum de 15 minutes par jour pour vous! Une fois vos enfants couchés, votre travail terminé, votre conjoint(e) devant la télévision, prenez le temps de vous isoler afin de penser à vous. Je ne pense pas que je puisse vous conseiller une activité particulière car les moments de détente sont propres à tout le monde. Cependant, je vous conseille d’essayer certaines activités telles que : faire des mandalas, prendre un bain, lire un livre, écrire un journal personnel, rédiger une liste quotidienne de gratitudes.

Bref, n’oubliez pas que si vous êtes anxieux ou en période de stress sévère, vous en avez le droit. Vous avez également la permission de vous sentir fatigué et faible, et de prendre du temps pour vous. Plus vous apprendrez à accepter de faire des choses pour vous, plus vous en sortirez gagnant, autant dans votre tête que dans la diminution de votre stress.

Article écrit : Melody Comtois-Bonin