La vulgarisation et interprétation scientifique

SI vous êtes comme moi, vous aimez surement lire des bons articles, bien écrits, et contenant de la véritable science. Malheureusement, les réseaux sociaux et les centaines de faux sites pseudo-scientifiques s'en donnent à cœur joie pour extrapoler des articles scientifiques complexes et en tirer des conclusions douteuses voir totalement hors sujet. La vulgarisation et l'interprétation est un art, un art complexe à maitriser adroitement et où une sur simplification ou extrapolation incorrecte mène les lecteurs vers le mauvais chemin. Donc, si vous êtes fans de bonnes lectures et aimez mieux comprendre sans vous faire avoir, je vous propose de démystifier quelques points dans cet article.

Selon moi, l'erreur la plus fréquente et le manque de corrélation entre la recherche citée et l'article en soi. Si vous êtes abonné à plusieurs sites douteux où on trouve un remède contre le cancer au 2 jours, vous savez exactement de quels sites ou quels articles je veux parler. Bien entendu, la plupart de ces articles évitent ou plutôt ne vont pas mettre l'emphase sur le fait que l'étude utilisée a été faite in vitro donc en laboratoire dans une boite de pétri ou une éprouvette par exemple. Ces études ne sont pas sans valeur, car elles peuvent servir à mieux comprendre certains phénomènes, mais ce qui se passe hors d'un corps et dans une éprouvette n'est pas soumis aux mêmes contraintes que les études in vivo. Souvenez-vous que dans un plat de pétri, une balle de 9 mm peut tuer le cancer, mais je ne crois pas que ce soit applicable sur un être humain sans causer plusieurs petits problèmes. 

En deuxième place, mais pas moins important, le mode d'administration du composé, médicament, produit naturel.  Encore une fois, il ne faut pas oublier que le mode d'administration a un impact majeur sur l'effet de plusieurs composés qu'ils soient naturels ou pas. Il existe plusieurs modes d'administration, mais voyons un peu un mode fréquemment utilisée qui est identifié par i.p. ou intrapéritonéale est une injection pour atteindre plus rapidement le système vasculaire et ne devrait pas être confondu avec p.o. ou par voie orale qui doit être introduit par la bouche.  Je crois que vous aurez deviné que l'absorption n'est pas du tout la même dans les deux cas. Le composé ingéré devra passer le système digestif tandis que l'autre non ce qui est facteur majeur à considérer dans plusieurs cas.

Nous verrons maintenant le troisième point que j'aime particulièrement regarder : Qui a financé la recherche. Si vous regardez une études à accès libre, vous aurez la chance de voir la publication entier. Dans ce type de publication, vous pourrez voir au bas qui a financé ou pour qui cette étude a été faite. Bien entendu, si l'étude s'avère positive et a été financée par une compagnie qui vend le produit, il y a quelques vérifications à faire surtout si aucun autre groupe n'est arrivé aux mêmes conclusions.

Ceci étant dit, il existe plsusieurs autres facteurs, mais le but ici est de vous sensiblisez pour que vous ne croyez pas absolument tous ce que vous lisez ou entendez. Bien entendu, il existe beaucoup de bon site et une panoplie de bon bloggeur santé, mais la plupart du temps je vous invite quand même à  vérifier les dires de vos bloggeurs préférées ou encore mieux de demander leurs sources si possible, vous en aurez le cœur net.

Le Magnésium

Si vous nous suivez, mes frères d’armes et moi  depuis un certain temps,  vous vous doutez sûrement que le magnésium est un des minéraux les plus importants du corps humain, mais je suis convaincu que vous aimeriez un peu plus de détails .Le magnésium est impliqué dans plus de 300 réactions dans le corps humain. Il participe au contrôle de la glycémie, favorise la relaxation des artères, aide à maintenir une pression artérielle normale, aide au contrôle du stress et de l’anxiété, il est nécessaire à la production d’enzyme digestive, la synthèse de protéines, le développement structurel des os, il est requis pour la création de l’ADN et de l’antioxydant glutathion, participe activement au contrôle de la régularité intestinale et beaucoup plus encore. Il est important de noter qu'une carence en magnésium pourrait nuire à l'assimilation de votre vitamine D3. Vous me direz probablement que nous pouvons trouver le magnésium dans notre alimentation et qu'il n'est pas utile d'en consommer en supplément... Voici pourquoi il serait tout de même utile d'en consommer.  

Certes, le magnésium est présent dans l’alimentation, mais est-ce que la quantité ingérée est suffisante et est-ce que tout le monde a les mêmes besoins en magnésium? NON. L’apport quotidien recommandé en magnésium élémentaire par le National Institut of Health varie entre 420 mg pour un homme et 320 mg pour une femme. Nous parlons toujours ici d’une forme élémentaire. Voici quelques petits signes d'une déficience en magnésium:
- Crampes musculaires
- Faiblesses musculaires
- Étourdissements
- Pression artérielle élevée
- Asthme
- Constipation
- Tremblement
- Diabète (mauvais contrôle de glycémie)
- Restless legs syndrome (jambes agitées, surtout la nuit)
- Battements cardiaques irréguliers (palpitations)

Comme je le mentionnais ci-haut, le magnésium est présent dans l’alimentation si vous mangez seulement de la ''vraie'' nourriture non transformées. Voici quelques exemples de source de magnésium :
- épinard (1 tasse cuit) 157 mg
- Graine de citrouille (30 grammes) 150 mg
- Avocat (1 moyen) 56 mg
- Riz brun (1 tasse cuite) 86 mg
- Maquereau (100 grammes) 97 mg
- Banane (1 moyenne) 32 mg
- Yogourt (1 tasse faible en gras) 47 mg

Donc, nous voyons que l’alimentation peut, en effet, contenir du magnésium en bonne quantité si l’on s’alimente bien. Encore là, il faut savoir que la digestion doit être optimale afin de bien absorber son magnésium et il faut aussi noter que certains aliments, comme les légumineuses, les noix et certaines graines, contiennent de l’acide phytique qui nuit aussi à l’absorption du magnésium. Vous me direz alors que  nos ancêtres ne consommaient pas de magnésium en suppléments et  ils se portaient, tout de même, très bien. Effectivement, nos ancêtres ne consommaient pas de magnésium en suppléments, une des théories avancées sur ce sujet est que la teneur en magnésium de l’eau était beaucoup plus élevée, ce qui conférait aux végétaux une teneur plus haute de ce dit minéraux. De plus, la teneur des sols en minéraux était plus élevée. Le stress de nos ancêtres était, aussi,  très différent du nôtre et le corps ne subissait pas autant d’assaut extérieur, ce qui lui permettait de mieux retenir le magnésium au niveau cellulaire. Il n’y avait pas non plus de médication et substances qui abaisse les niveaux cellulaires de magnésium, en voici quelques-uns :

-Contraceptif oraux

-Bloqueur d’acidité (pentoprazole ,omeprazole ,esomeprasole , etc)

-Les anti-acides (maalox, tums, alka-seitzer, etc)

-Corticostéroides (Prednisone, dexamethasone, hydrocortisone, etc)

- Médicament pour la pression artérielle (diurétiques , Inhibiteur ACE,  Angiotensin, etc)

-Anti-aromatase/SERM (Nolvadex, Farestone, Arimidex , etc)

- Alcool, café, diète haute en sucre raffiné

Ceci n’est qu’une liste partielle et les 400 mg élémentaires n’est que le dosage minimal recommandé et ne s’applique pas aux gens actifs .
Quelles formes de magnésium choisir?  Sur le marché, il existe plusieurs formes. certaines sont excellentes, mais d'autres ne devraient pas être considérées comme acceptables. En voici quelques-unes:

LES BONNES :
Magnésium glycinate: Il s'agit de la forme la plus biodisponible et aussi la plus douce sur le système digestif . La combinaison du magnésium avec la glycine lui donne un petit plus pour l’effet calmant. Idéalement, prise au coucher ou après l’entrainement.

Magnésium malate: Cette forme est excellente pour les gens fatigués. Il est bien de la combiner à l'acide malique, car cette dernière est impliquée dans la production d’énergie cellulaire en participant à la création de l’ATP. Cette dernière devrait être prise avec de la nourriture .

Magnésium citrate: Le magnésium citrate est normalement utilisé pour sa fonction laxative ( à haute dose ). Elle possède une absorption moyenne et ne cause pas trop d’inconfort à l’estomac. Il serait avisé de consommer cette forme avec les repas .

Magnésium taurate: Elle est encore peu disponible au Canada, mais la combinaison de magnésium et de taurine aiderait le cœur et faciliterait aussi le sommeil. Elle devrait donc être prise au coucher ou après l’entrainement.

Il existe d'autres bonnes formes, comme le magnésium L-threonate, fumarate et oratate. Cependant,  celles-ci ne sont pas souvent accessibles au Canada. 

LES MOINS BONNES
Magnésium aspartate : Cette forme possède une bonne assimilation, mais l’extra d'acide aspartique est totalement inutile .

Magnésium hydroxyde : Elle est très peu absorbée par l’organisme et la plupart ne sera pas assimilé.

Magnésium oxide : Cette forme est l’une des pires formes .Son absorption est minimale, rendant son utilisation inutile .

En conclusion, une supplémentation en magnésium est souvent une option à considérer fortement. Parmi les divers suppléments disponibles sur le marché, il est certain que vous trouverez votre compte. Si vous n'êtes pas certain, consultez un professionnel qui saura vous guidez vers le bon choix

Mathieu Bouchard N.D. CFMP

Connaissez-vous le ginseng?

S’il y a bien un nom de plante qui est connu, c’est le ginseng. Le terme ginseng sert à désigner plusieurs plantes  dont l’effet est assez différent; il est donc important de bien connaître ce que vous consommez.  Voiciles trois plantes en question :

Le Ginseng Américain (Panax Quinquefolius)

Le Ginseng Coréen ou Ginseng Asiatique (Panax Ginseng)

Le Ginseng Sibérien ou Eleuthero (Eleutherococcus Senticosus)

La désignation de Ginseng appartient aux plantes du Genus Panax et c’est pour cette raison que le ginseng sibérien est communément appelé Eleuthero ou Eleuthérocoque.

Bien que ces trois plantes soient toutes d’excellentes plantes adaptogènes, la manière dont elles effectuent ce travail diffère grandement et il serait dommage de ne pas choisir la bonne plante pour l’objectif visé.

 

Le Ginseng Américain

 Cette plante fait partie des plantes dites tonifiantes; elle augmente le Qi (Chi) et ne devrait pas être consommée en grande quantité sur de longues périodes. Contrairement au ginseng coréen, cette variété est plus versatile et moins à risque de trop stimuler l’organisme. On utilise cette plante pour aider à la gestion du stress et à la concentration, augmenter l’endurance et supporter le corps en entier. Le ginseng américain aide aussi à la gestion de la glycémie, il est donc bénéfique pour les gens ayant une sensibilité à l’insuline déficiente. En médecine chinoise, le ginseng américain est utilisé pour augmenter le Yin, ce qui semble être tout indiqué pour ce que l’on appelle la fatigue surrénalienne.

Le Ginseng Coréen

Ce ginseng est l’une des plantes les plus prisées dans le monde entier; elle estutilisée en médecine chinoise depuis des millénaires pour augmenter le Qi (Chi). Elle est un puissant tonique et augmente la vitalité. Ses propriétés de bases sont similaires à celles du ginseng américain, mais la version asiatique tend à convenir davantage aux gens de faible constitution et au bas niveau d’énergie.  Elle ne devrait pas être consommée en large dose car cette plante peut facilement être stimulante.

L’Eleuthero ou Ginseng sibérien

 Ce faux ginseng est une plante largement étudiée par la communauté scientifique avec plus de 3000 études à l’appui. Elle fut une des premières plantes identifiées, par des scientifiques russes, comme étant un adaptogène.  Elle est reconnue pour stimuler le corps et l’esprit, faciliter la résistance du corps face au stress et augmenter les fonctions immunitaires. L’eleuthero fait partie des adaptogènes dits  stimulants et devrait être utilisé intelligemment en petites doses si l’usage est fait au quotidien. Il est important de noter que ses propriétés stimulantes peuvent nuire au sommeil et à l’anxiété. Une dose supérieure à  1 gr par jour a été utilisée dans certaines études portant sur la performance. En petites doses, l’eleuthero semble être une plante tout indiquée pour surmonter la fatigue surrénalienne.

Les plantes sont de superbes alliées, mais leur complexité ne devrait pas être prise à la légère. Il est important de bien se renseigner sur un produit afin de s’assurer qu’il vous convient. Un naturopathe qualifié devrait pouvoir vous conseiller adéquatement et vous expliquer les raisons justifiant le choix d’une plante en particulier.

Les probiotiques et le microbiote

Je crois que les probiotiques sont un des sujets le plus d’actualité quand vient le temps de parler de santé. Pourtant, nous ne faisons qu’effleurer la surface quand vient le temps de parler de l’influence du microbiote sur le reste du corps humain. L’idée que notre flore bactérienne influence le reste du corps humain est tout de même récente car la science a longtemps pensée que nous n’étions seulement qu’un transporteur pour ces trillions de microorganismes. Heureusement, les nombreuses avancées scientifiques nous ont permis de voir que l’interaction entre le transporteur et son microbiote était indispensable à la survie de l’espèce humaine.

 

Notre microbiote intestinale est d’une diversité étonnante avec plus de 1800 familles et 40000 espèces bactériennes différentes chez un être humain. Parmi ces microorganismes nous retrouvons des bactéries, des levures, des Archaea et des virus. Les bactéries et les levures sont les éléments les plus étudiés parmi cette liste et nous avons même divisé les bactéries en plusieurs groupes distincts : Firmicutes, Bacteroidetes, Actinobacteria, Proteobacteria et Cyanobacteria. Après plusieurs évaluations et comparaisons, la science s’est rapidement aperçue que la composition de notre microbiote variait considérablement et que beaucoup de facteurs semblaient affecter ces variations. L’alimentation, le mode de vie, les émotions, la médication et bien entendu notre environnement sont tous parmi ces facteurs. Bien entendu, la science a rapidement fait le lien entre la composition de la flore intestinale et diverses conditions médicales, une des plus évidentes conditions médicales étant le diabète de type II. L’alimentation riche en glucides et acides gras saturés et pauvre en végétaux et fibres module énormément la composition du microbiote et influence négativement le système immunitaire. Il a récemment été découvert que le microbiote des gens atteints de troubles comme la dépression était différents des gens dit normaux, comme quoi il est sensé de dire que votre intestin est votre deuxième cerveau.

 

Compte tenu des avancées majeures concernant le microbiote, il est tout à fait normal que plusieurs méthodes soit développé pour influencer et aider celui-ci et la plus connue est certainement, la prise de probiotique. Les probiotiques ne sont pas nouveaux dans l’alimentation de l’être humain car plusieurs populations consommaient déjà des aliments fermentés comme la choucroute, les produits laitiers fermentés et certains produits dérivés du soya, bien avant de savoir que nous étions colonisés par ces trillions de microorganismes. Depuis les années 2000, les probiotiques, maintenant encapsulé, ont vu leur nombre et leur variété augmenter de manière fulgurante. Ils sont principalement utilisés pour aider à contrôler les symptômes d’une alimentation déficiente ou d’une digestion laborieuse mais on voit arriver sur le marché de plus en plus de produits spécifiques aux propriétés plutôt intéressantes. Lactobacillus, Bifidobacterium, Streptococcus et Saccharomyces Boulardii avec toutes leurs souches spécifiques sont utilisés pour de multiples conditions allant du trouble intestinal à la gestion du sommeil en passant par le contrôle de l’inflammation. Bien entendu, ce n’est pas tous les probiotiques qui s’équivalent et votre thérapeute ne devrait pas toujours utiliser le même produit sinon il y a de grande chance qu’il ne s’y connaisse pas beaucoup en supplément de probiotiques.

Le microbiote intestinal et sa diversité sont l’une des défenses les plus précieuses du corps humain main elle peuvent aussi devenir une arme de destruction massive pointé directement sur son hôte. L’alimentation et le mode de vie sont deux facteurs facilement contrôlables et qui auront un impact majeur sur une bonne santé intestinale et donc une bonne santé générale. Il est temps de penser à autre chose qu’être beau en maillot, il faut aussi penser à votre santé.

Mathieu Bouchard N.D