Comment survivre au temps des fêtes!

Nous sommes à deux jours de Noël, comment vais-je arriver à m’en sortir? Comment vais-je pouvoir faire face à toute cette nourriture? Comment vais-je pouvoir faire face aux opinions de tous ces gens qui me regarde comme si j’étais un monstre venu d’une autre planète parce que je ne veux pas manger cette nourriture, parce que je dis non à certains aliments… parce que cette année j’ai décidé d’être moi?

Voici les questions que vous pourrez vous poser…. Je comprends tellement les difficultés que vous ressentez en vous, le sentiment partagé d’être en colère de ne pas arriver à ‘’profiter de la vie’’ et le sentiment de frustration face à ces gens qui essaient de décider ce qui est bon ou pas pour vous… Ce sentiment d’avoir peur de faire face à ces journées en famille où il est supposément ‘’si bon de profiter des joies de la nourriture des fêtes’’.

J’ai envie de commencer mon texte et mes conseils en vous donnant le droit de vous sentir comme vous vous sentez, de vous confirmer que ce n’est pas votre faute si vous avez peur de la sorte… que si vous en êtes conscient et que cela vous fait peur, vous êtes JUSTEMENT sur la bonne voie, vous êtes dans la voie de la compréhension, qui vous amènera, un jour ou l’autre, à l’acceptation/guérison quand vous serez prêt.

 

Il ne sert à rien de vous mettre de la pression, de dire haut et fort que vous allez profiter de manger tous ce qu’il y a sur la table durant le temps des fêtes pour être, vous aussi, comme tout le monde et éviter le jugement de tous…. Au fait, c’est quoi être comme tout le monde? Manger tous ce qu’il y a sur la table afin de vous assurer un inconfort pour tout le reste de la soirée, allez se coucher parce que vous êtes trop fatigués et vous lever comme si vous aviez consommé la bouteille de Vodka au complet le lendemain? Ce fameux ‘’tout le monde’’ là ne m’intéressait pas quand j’étais malade avec mon trouble alimentaire, mais il ne m’intéresse toujours pas aujourd’hui, même si j’ai retrouvé mon équilibre au travers mon alimentation. Oui, bien sûr, encore aujourd’hui on me juge parfois, on me dit que je ne devrais pas me ‘’priver’’ de la sorte, que je ne sais pas ‘’lâcher mon fou’’  et que je devrais me laisser aller dans les vacances ou le moment des fêtes. Cet entourage, bien qu’elle veut votre bien, n’est pas toujours la mieux placé afin de vous aider à faire les choix qui feront en sorte que vous serez bien. Je ne veux pas vous donner de conseil au niveau de l’alimentation dans cet article, je ne veux pas vous dire d’en profiter (même si ce serait l’idéal et que non vous n’aurez pas de surplus de gras si vous savez vous écouter), je veux vous demander de faire abstraction de tous ces gens et d’aller puiser dans votre tête à VOUS et vous demandez ce que VOUS voulez réellement… Si vous avez envie de manger le plus sainement possible, optez simplement pour les bonnes sources de protéine du repas, des légumes et quelques à côté que vous préférez plus que les autres et prenez le temps d’écouter votre faim, notre corps est une machine incroyable qui saura vous guider. Si vous avez envie d’en profiter et de ne pas vous en soucier allez-y!!! Par contre, je veux que vous vous assuriez de bien vous sentir face à vos choix, de les assumer complètement, car c’est en les assumant que vous n’y verrez aucune réelle répercussion sur votre mental et, même, beaucoup moins sur votre physique. Je ne pense pas qu’il soit pertinent de tout manger ce qu’il y a sur la table si vous en avez pour 20 heures de cardio, un travail psychologique complet et une diète sans glucides pour un mois avant de vous sentir un peu mieux dans votre corps. Bref, le conseil numéro un est de faire ce dont VOUS AVEZ ENVIE, sans vous soucier des autres. Ceux qui vous aimes et vous respectent sauront accepter vos choix et même vous féliciter… tant pis pour les autres.

MON CONSEIL PERSO :

Mon propre conseil que j’affectionne et qui me rend confortable envers moi-même est de me choisir une fête pour Noël et une pour le jour de l’an ou je profiterai un peu plus de ce qu’il y a sur la table. Pour les autres, j’irai avec un sourire jusqu’aux oreilles et je prendrai soin de faire les choix les plus sains de la table, sans pour autant me priver sur un hors-d’œuvre dont j’aurai envie.

 

Mis à part l’alimentation il y aura, bien entendu, le fameux stress qui pourra être à son apogée. Que nous ayons un trouble alimentaire ou pas, la période des fêtes est une période très stressante et plus une personne se sent stressée, plus elle aura tendance à moins bien contrôler ses points faibles à travailler, comme un TCA. Encore une fois, il est important que vous sachiez que vous n’êtes pas la seule personne à vous sentir plus anxieux de faire face à une tempête pour aller à un souper de Noël, d’avoir à faire de la route, à acheter des cadeaux, à tout prévoir pour recevoir les gens comme des rois, etc. Il faudra donc vous trouviez des outils à appliquer, qui fonctionneront sur VOUS, pour vous calmer le plus possible, car plus vous vous sentirez anxieux, moins vous contrôlerez votre côté psychologique  et moins vous contrôlerez vos états d’âme, plus vous serez à la recherche de contrôle et plus vous irez à la rencontre de votre problématique au niveau de l’alimentation afin d’aller retrouver votre ‘’zone de confort’’. Si vous êtes sur la route, prenez le temps d’éteindre la radio ou mettre de la musique relaxante tout en effectuant de la cohérence cardiaque. Si vous vous sentez anxieux par rapport à un souper, assurez-vous de prendre de l’avance et d’être prêt dès que possible, si vous êtes fébrile de prendre votre voiture essayez de trouver un conducteur, si vous êtes tout simplement stressé depuis quelques jours, trouvez-vous une activité quotidienne à faire qui saura vous détendre.

 

MON CONSEIL PERSO :

Pour ceux qui me connaissent, je suis une personne très active qui arrive rarement à s’arrêter. Il a été difficile pour moi d’apprendre à me détendre et, surtout, prendre du temps pour moi (Il s’agira probablement toujours d’un défi). J’ai dû tenter plusieurs activités avant de trouver celle que je ne trouvais pas anodine. Présentement, je pratique le yoga deux fois par semaine, des mandalas et de la cohérence cardiaque avec musique calmante et il s’agit d’une formule gagnante dans mon cas.  

 

Le dernier conseil que je vais vous donner serait plutôt dédié aux personnes en vacance pour le temps des fêtes. Vacances rime souvent avec temps mort où vous ne savez pas toujours quelle activité faire et ou l’envie de manger devient souvent l’activité prioritaire. Voilà le piège dans lequel il ne faut pas tomber! Il vous faut vous occupez! Si vous tombez dans ce piège vous en aurez, encore une fois, pour des semaines à vous en remettre psychologiquement et à vous taper sur les mains. Lorsque la rage vous prends et que vous avez envie de manger tous ce qui se trouvent dans votre réfrigérateur, donnez-vous un vingt minutes de délais avant de succomber. Pendant ce vingt minutes, je ne vous demande pas de penser à quoi que ce soit, car vous le ferez de vous-même, mais je vous demande de sortir de votre maison et d’aller prendre une marche. Si vous avez un confident, appelez ce dernier et exprimez-lui vos sentiments, ceci vous aidera à calmer votre rage actuelle qui n’est en fait qu’une rage émotionnelle. Si après ce vingt minutes vous avez encore votre rage, mangez cet aliment sans avoir aucun remord, il sera purement mérité et justifié.

 

Passez un bon temps des fêtes et prenez soin de vous!