Protéines, glucides, lipides, entrainement, SUCRE et FRUSTRATION....

Voici le cercle vicieux de plusieurs personnes que je peux recevoir dans mon bureau. Certain ont peur des glucides ou des calories, tandis que d’autre ne peuvent s’arrêter de manger lorsque quelque chose d’appétissant se retrouve devant eux. Certain iront même jusqu’à vider le garde-manger dans une période de rage et s’en vouloir à mort le lendemain, tentant de remédier à la situation par deux heures de cardio à jeun le lendemain et en mangeant pratiquement pas de la journée. Vous vous reconnaissez dans les quelques lignes ci-haut? Prenez donc le temps de lire ce petit texte.

Certes, vous ne voulez pas garder ce type de comportement dans votre vie et vous voulez vous en débarrasser le plus rapidement possible. Il existe quelques outils qui me sont très utiles avec ma clientèle et que je vous donne aujourd’hui dans l’espoir de pouvoir vous aidez du mieux que je peux :

  • Vous devez prendre conscience de votre problématique

Il est difficile de prendre conscience que nous avons certaines problématiques, plus particulièrement lorsqu’il s’agit de problématique en lien avec un mode de vie que nous appelons sain. Effectivement, comment pouvons-nous assumer d’avoir un problème avec le fait de trop s’entrainer où encore trop bien manger…
Si vous êtes fatigué et vous DEVEZ aller vous entrainer, si vous avez envie d’une gâterie depuis des mois et vous ne voulez pas prendre une bouchée de frite avec vos amis au restaurant ou encore si vous n’allez plus au restaurant avec vos amis de peur de prendre une bouchée de trop ou parce que le menu n’est pas complètement fait en fonction de votre plan alimentaire, vous avez une problématique dont vous devez vous rendre compte. Prenez le temps d’inscrire ce que vous ou votre entourage considérez comme étant un comportement déficient et prenez le temps de le relire plusieurs fois.

  • Trouver ce que serait votre idéale d’équilibre

Je ne vous demande pas d’arrêter complètement de bien manger ou encore de vous entrainer. Je ne vous demande pas non plus de ne plus manger ce dont vous aimez. Tout réside dans la MODÉRATION! À mon avis, il n’y a pas de modèle d’équilibre, car chacun à son propre idéal et chacun est apte à savoir ce qu’il serait bon pour lui et ce qu’il se sent capable de faire dans le court-terme.
Une fois votre idéale d’équilibre, que vous jugez atteignable, établi, notez-le à un endroit où vous pourrez le voir régulièrement (la porte du réfrigérateur, par exemple).

  • Retrouver confiance en soi avec d’autres sphères qui vous passionne.

Ceux qui me connaisse personnellement, savent pertinemment que je serai toujours pour le mode de vie sain, un entrainement équilibré et de la bonne nourriture afin de bien nourrir notre corps! Par contre, lorsque ce type de ‘’pattern’’ s’installe, il est important de trouver des moyens de décrocher. Un moyen efficace que j’ai pu trouver est de se trouver de nouveaux objectifs, de nouvelles passions qui ne sont pas en lien avec l’entrainement. Écrivez des textes, faites un cours qui vous intéresse à distance, bref concentrez-vous sur tous ce qui vous intéresse mis à part l’entrainement.

  • Se permettre quelques écarts de nourriture

Le simple fait de lire ce gros titre vous fait peur? Manger, sans se sentir mal, accepter une invitation à souper ou aller en voyage sans votre plan alimentaire vous semble impossible? Allez-y par étape, commencer par ajouter des aliments santés qui ne font pas partie de votre plan alimentaire à votre alimentation. Par exemple,ajouter une moutarde de Dijon, des sauces épicées, des carottes où tout autre aliment que vous ne vous permettez pas dans la vie de tous les jours. Ajoutez un peu d’avocat à vos salades, du cacao à vos smoothies ou vos cafés, même s’il n’est pas inscrit dans votre plan que vous le pouvez. Une fois ces petits changements faits (qui ne changeront rien à votre aspect physique, soit dit en passant), ajoutez une soirée au restaurant ou acceptez une invitation de plus que votre triche habituelle. Par exemple, allez au restaurant un mercredi soir et choisissez des aliments sains qui seront satisfaire votre besoin de socialiser et vos papilles gustatives, tout en restant très santé.

  • Diminuer les entrainements peu à peu en compensant par d’autres types d’activités.

Il est normal de voir ce point comme étant pratiquement inatteignable. Il faut apprendre à y aller par étape, en changeant peu à peu votre comportement. Commencé, tout d’abord, par modifier vos types d’entrainement. Par exemple, si vous vous entrainez 6 fois par semaine en salle d’entrainement, commencé par diminuer à 4 ou 5 fois en compensant les autres journées par un autre type de sport comme le tennis, le patin à roue alignée, l’haltérophilie, la boxe, etc. Une fois le changement de sport fait, diminuer vos entrainements et apprenez à voir qu’il existe plusieurs autres types d’activités très intéressantes. Remplacez, par exemple, votre sixième journée par une journée en plein air, une journée repos, magasinage, cinéma ou toute autre activité qui vous intéresse. Peu à peu vous verrez qu’il est possible, voir même optimale, de décompresser, de penser à autre chose et de se laisser aller un peu.

  • Instagram, facebook, twitter, revue et magasine : STOP

2015 et les réseaux sociaux… Je ne sais pas si c’est la meilleure invention du monde ou la pire. Elle nous permet d’en savoir plus sur tout, mais peut nous mettre face à plusieurs situations difficiles à gérer. Les filles qui mettent des photos de leurs physiques sur les réseaux sociaux sont (la plupart du temps), en diète depuis des mois et ne garderont pas ce physique vitam eternam. Ils travaillent pour un objectif précis et reviendront, tôt ou tard, à un beau physique, en santé et sportif sans être pour autant sec comme un petit raisin. Apprenez à ne plus vous fier aux photos, tentez d’accepter votre corps en santé et tous ce qu’il peut vous apporter de positif et surtout tentez de voir que vous n’êtes pas seulement un être physique, mais bien une personne qui peut accomplir plusieurs autres choses!

Je peux vous comprendre énormément pour la simple raison que j’ai dû passer par là à un moment de ma vie et qu’il s’agit encore d’une guerre constante contre moi-même. Peu à peu j’apprendsà décrocher à aimer les aliments et à savoir profiter de la vie sans avoir aucun regret le lendemain lorsque je me réveille. Vous pouvez, vous aussi, y arriver, il suffit de le vouloir, de se prendre en main et de s’allier d’un bon professionnel de la santé qui saura vous aidez et être à vos côtés lors de votre cheminement.

Mélody Comtois-Bonin N.D